E-réputation

E-REPUTATION

Internet est un outil merveilleux, utilisé souvent par des personnes viles et veules… Vous faites l’objet de malveillance volontaire ou d’une mauvaise blague, qui gâche votre e-réputation sur le Web; et vous interdit de prétendre à poursuivre sereinement votre vie sur la Toile. Des calomnies vous empêchent de trouver un travail, parce que des rumeurs apparaissent dans les deux premières pages de votre moteur de recherche.

Caylus Informatique vous propose de nettoyer cela, en utilisant deux méthodes conjointes.

La première est celle du nettoyage. Notre entreprise va prendre contact avec les sites relayant les informations malveillantes à votre encontre et leur demander d’ôter ces dites informations.

Simultanément, nous utiliserons la méthode de l’enfouissement. Cette dernière consiste à générer de nombreuses pages internet avec des informations positives, vous concernant, et de les référencer des milliers de fois, afin d’ enfouir les résidus de votre mauvaise réputation virtuelle. Cet afflux de pages positives relègue les anciennes pages à la fin des classements des moteurs de recherche.

Caylus Informatique assure également une mise en surveillance, d’un an, des références de nos clients qui utiliseraient ce service, afin de pouvoir réagir si le problème réapparaissait.

Nous rappelons à toutes fins utiles que le Tribunal de Grande Instance est compétant en matières de diffamations et injures sur internet. La Cour d’appel de Paris, dans un arrêt du 5 mai 2004, a statué sur la détermination de la juridiction compétente en matière de diffamation et d’injures commises sur un site internet. Selon cet arrêt, seul le tribunal de grande instance peut juger de ces infractions. Par un arrêt en date du 5 mai 2004, la Cour d’appel de Paris vient, sans doute, de mettre fin au débat concernant la détermination du juge compétent en matière d’action civile pour diffamation et injures commises sur un site internet. En confirmant une ordonnance du 22 janvier 2003 du Tribunal de grande instance de Paris, il rejette la position donnant compétence au tribunal d’instance en ce domaine.

TARIF: 2600 €.